Point de croix : variantes et petits secrets

Nous vous présentons maintenant un certain nombre de points associés au point de croix, qui vous seront très utiles pour la finition de vos ouvrages.

[pub]

LE TROIS-QUARTS DE POINT DE CROIX

Ce que nous appelons « trois-quarts de point de croix » est une variante du point avec lequel vous avez travaillé jusqu’à présent. Cette variante est facile à réaliser et très utile pour donner à la figure une ligne plus fluide, moins « carrée ». On l’utilise en effet pour émousser les pointes et arrondir les angles des figures.

La seule différence avec le point de croix classique est que l’une des deux diagonales ne représente que la moitié de la longueur de l’autre. Elle n’atteint pas le trou de destination finale, mais s’arrête à mi-chemin. L’aiguille est enfilée dans le tissu au centre du carré, plus précisément au point d’intersection avec la diagonale entière, qui doit toujours être brodée préalablement. La diagonale à réaliser par « moitié » peut être un point aller ou bien un point retour en fonction de la position de l’angle qui doit être émoussé. La figure 20 vous montre les quatre possibilités en la matière.

21

La demi-diagonale peut être brodée de deux façons, suivant le point que vous souhaitez obtenir : plat et ras ou bien plus arrondi et en relief. Dans le premier cas, il faut le réaliser en enfilant l’aiguille dans le tissu, sous le fil de la diagonale entière. Dans le deuxième cas, la moitié de la diagonale doit au contraire chevaucher la diagonale entière et donc passer par-dessus avant d’entrer dans le tissu.

LE POINT PIQUÉ

Le point piqué, semblable à celui que certains schémas désignent sous le terme de point arrière, accompagne et complète de nombreux ouvrages au point de croix. Il permet de dessiner avec le fil une ligne étroite, semblable à un trait de plume. Il est utilisé pour souligner le contour de figures entières ou pour mettre en valeur certains détails ou certaines parties qui ne se détacheraient pas assez du reste du dessin ou du tissu. De plus, le point piqué s’avère idéal pour réaliser les détails qui, brodés au point de croix, seraient trop épais ou géométriques, comme les moustaches d’un chat par exemple, ou les branches d’un arbre. Dans ce cas, bien entendu, le point piqué ne se contente pas de souligner le point de croix, mais il le remplace. Il s’agit en somme d’un point qui donne beaucoup d’effet, capable d’apporter une touche de raffinement à tous les ouvrages. Il faut donner deux indications avant de passer à l’exercice. Le point piqué, lorsqu’il ne remplace pas le point de croix, doit être travaillé avec un seul brin (de couleur sombre, noir en général) : il ne doit jamais être trop épais ou trop « agressif ». De plus, il ne doit jamais être brodé avant le point de croix luimême : les croix finiraient inévitablement par se superposer aux fils de ce point, altérant ainsi la pureté de sa ligne par de petites interruptions. Supposons maintenant que vous devez souligner une des figures géométriques effectuées lors des exercices précédents.

1. Partez de l’envers de l’ouvrage en fixant le fil et en le cachant sous la chaîne, la trame et les fils déjà brodés, comme vous avez appris à le faire pour la fermeture des points. En travaillant avec un seul brin, on peut facilement le « tirer ». Ensuite, il faut laisser sur l’envers un peu de fil « libre » que vous éliminerez une fois le travail terminé.

2. Faites ressortir l’aiguille et le fil sur l’endroit du tissu, à un point quelconque de la ligne que vous devez broder autour de la figure géométrique de votre choix. Vous devez en faire le tour en faisant entrer et sortir votre aiguille des trous déjà occupés par les points de croix et situés le long du contour de la figure en question. Vous broderez de cette manière une ligne en pointillé, sur l’endroit et sur l’envers de votre ouvrage (fig. 21).

20

3. Lorsque vous aurez entouré toute la figure, refaites le parcours à l’envers. Toujours en faisant entrer et sortir l’aiguille et le fil de chaque trou, vous recouvrirez les intervalles des pointillés avec une série de petits traits qui, une fois terminés, vous donneront une ligne continue. En retournant votre tissu, vous constaterez que ce point ne l’a absolument pas gâché : de ce côté-ci aussi, vous ne verrez qu’un trait régulier et linéaire.

PETITS SECRETS

Il existe quelques petits trucs précieux dont il faut tenir compte avant de commencer tout ouvrage.

• Mieux vaut diviser votre schéma en quatre parties égales et le centrer sur le tissu.

• Il faut absolument vérifier les dimensions du dessin en centimètres, pour juger de la place qu’il prendra sur le tissu et savoir combien en acheter pour ne pas prendre le risque de s’apercevoir, une fois le travail commencé, que la broderie est trop grande pour la toile. Il faut donc compter les points du dessin, en largeur et en hauteur. Pour calculer la hauteur, vous devez compter les points à la verticale et appliquer l’équation suivante : x : 10 cm = x’ : y’, dans laquelle x est le nombre de trous du tissu pour le schéma proposé (44, 55, 72), x’ sont les points de la hauteur du dessin, y’ est la taille en cm que l’on doit trouver. Pour calculer la largeur, vous devez compter les points à l’horizontale et appliquer l’équation suivante : x : 10 cm = x’ : y’, dans laquelle x est le nombre de trous du tissu pour le schéma proposé (44, 55, 72), x’ sont les points de la longueur du dessin, y’ est la taille en cm que l’on doit trouver.

• Les proportions varient suivant le tissu Aïda utilisé : la broderie sera plus petite si on emploie une toile Aïda à 72 trous, de taille moyenne, sur une toile à 55 trous et plus grande encore avec une toile à 44 trous.

• Avant de commencer le travail, on peut photocopier le schéma en l’agrandissant suivant ses goûts ; si tout n’est pas visible sur une seule page, il faudra le recomposer.

• Pour que votre chef-d’oeuvre, une fois terminé, conserve tout son éclat sans trop se ressentir de nombreux lavages, vous devez adopter une série de précautions :

• Ne lavez le tissu qu’une fois la broderie terminée.

• Au moins la première fois, lavez-le à la main dans de l’eau savonneuse.

• N’essorez jamais le tissu mais laissez-le égoutter ou enroulez-le dans une serviette-éponge.

• Évitez l’exposition directe au soleil et faites-le sécher à l’ombre.

• Repassez le tissu lorsqu’il est encore un peu humide, sur l’envers, en couvrant avec un chiffon blanc propre la partie brodée, sur laquelle vous n’appuierez pas le fer trop fort.